Home » Page 20

 
 

Archives

Bulletin municipal n°7 (Novembre 2015)

Cliquez sur le fichier ci-dessous pour avoir les dernières infos de la commune

Bulletin municipal n° 7 de novembre 2015

Chemin de Croix restauré

Le Chemin de Croix, composé de 14 tableaux, avait été déposé (selon Danielle De Rycke), il y a 60 ans, au départ de l’abbé Catelain. Les raisons de cette opération sont assez floues; force est de constater que la dépose et le stockage dans des conditions précaires ne sont pas la meilleure façon de conserver et valoriser le mobilier remarquable !

Sur les 14 tableaux, 10 ont été restaurés par Hélène Cressent, petite-fille de Monique Cressent, membre de l’équipe paroissiale. Hélène est diplômée des Beaux-Arts et c’est avec une patience d’ange qu’elle est venue à bout de ce travail  minutieux. Malheureusement, dans leur vie hors de l’église, 4 tableaux ont été fortement dégradés.

Samedi dernier, le Maire, aidé de ses adjointes et des conseillers municipaux, a procédé sous l’oeil avisé d’Hélène, à la pose des panneaux restaurés, donnant ainsi un joli coup de neuf à l’église.

A ceux qui s’étonneraient ou s’interrogeraient sur l’intervention de la Mairie dans ce domaine, il faut savoir que la Loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 stipule que les bâtiments tout comme le mobilier acquis avant le 9 décembre 1905 sont propriétés de la Commune et qu’il incombe à la Mairie de les entretenir. Il n’y a donc, en l’espèce, aucune infraction au devoir de laïcité.

La Municipalité tient à remercier chaleureusement Hélène qui, par ses compétences, son sérieux, sa sensibilité et son opiniâtreté a réussi à redonner ses lettres de noblesse au Chemin de Croix qui illumine désormais l’Eglise de toute sa splendeur.

Drôle de machine !

P1050889P1050892    
P1050894 P1050895

Cliquez sur les photos pour agrandir

Que fait cette drôle de machine à Lignières ?

C’est la question que se posent de nombreux Ligniérois.

En réalité, après renseignements pris auprès de Somme Numérique, il s’agit de travaux d’enfouissement de gaines destinées à recevoir la fibre optique pour desservir la commune de Marlers en internet haut débit. A Marlers, plus de 70 connexions sont inférieures à 2 Mb. Rappelons au passage qu’à Lignières nous sommes entre 15 et 20 Mb.

Pourquoi passer par le Tour de Ville pour relier le Central téléphonique à Marlers ?

Tout simplement pour une raison de coût et de rapidité. Réaliser des tranchées en milieu urbain avec tous les réseaux et la remise en état des trottoirs est beaucoup plus onéreux que la trancheuse en terrain vierge qui peut réaliser jusqu’à 2 km en une journée.

Insolite !!!

Deux cérémonies d’obsèques le même jour (samedi 19 septembre) à Lignières : la première, le matin, pour Marie-Antoinette Descroix Veuve Dartois et la seconde, l’après-midi, pour Marie-Antoinette Demuyt Veuve Lefèvre. Deux Marie-Antoinette,( pas banal), qui ont vécu toutes les deux dans la même maison rue du Sac, (pas banal) jusqu’au lien familial qui les unissait : leurs belles-mères étaient soeurs. Cette coïncidence serait pour le moins cocasse s’il ne s’agissait d’évènements douloureux.

Marie-Antoinette Dartois était veuve de Jacques Dartois, agriculteur, conseiller municipal pendant de longues années. Née à Morvillers St Saturnin (Etotonne), elle s’était mariée avec Jacques Dartois en 1949. Après 3 ans à Pierrelaye (Seine et Oise à l’époque, Val d’Oise aujourd’hui) et une dizaine d’années à Bouvresse dans l’Oise, ils étaient revenus à Lignières reprendre l’exploitation agricole familiale. De leur union sont nés 5 enfants : Annie Daniel, Françoise, Philippe et Patrick. Mme Dartois aura la grande douleur de perdre Annie et Patrick, dans la fleur de l’âge, comme l’a rappelé Danielle Derycke, dans son mot d’accueil lors de la cérémonie, avant de perdre son époux il y a 11 ans. Tous ceux qui ont connu Mme Dartois ont toujours salué sa discrétion, sa réserve, son extrême gentillesse et sa grande bonté. Elle faisait partie de ces « taiseux » qui ne dévoilent pas facilement leurs sentiments. C’est dans la foi que Mme Dartois a puisé la force de surmonter les blessures de la vie et la maladie. La commune de Lignières-Châtelain adresse ses sincères condoléances à la famille en deuil.

Marie-Antoinette Lefèvre, quant à elle, est née à Achy (Oise) le 24.02.33. Elle s’était installée à Lignières après son mariage avec Gérard Lefèvre en 1958. Le couple a eu 2 enfants : Max et Annette. Puis, en 1970,  pour des raisons dues à la santé de Gérard, la petite famille a émigré dans les Alpes de Haute Provence  (à Sainte Tulle précisément, à côté de Manosque). Les coeurs restaient cependant à Lignières et, chaque année, un retour aux sources s’imposait ! Et si Max a trouvé sa compagne Isabelle en Provence, Annette, elle, s’est mariée avec un picard de Morvillers (Patrice Clarebout) ! Chez Marie-Antoinette ses amis appréciaient sa joie de vivre, son dynamisme, sa sociabilité et sa simplicité. Elle adorait rire et plaisanter …. A la famille dans la peine, la Commune adresse ses sincères condoléances.